Cristallisation du chlorure de cuivre

Idée et exécution des essais de cristallisation : Peter Dinter
Depuis plus de 20 ans, Peter Dinter travaille à l’Ecole Supérieure de Munich en tant que dirigeant du laboratoire spécialisé en chimie physique, technique physique et technique environnementale. Avant, il était actif dans le secteur de la technique de collage et à la division recherche de l’institut de chimie organique en tant que technicien chimiste. En raison de sa longue expérience professionnelle, il est en mesure de mener des projets de recherche qui se différencient fortement les uns des autres dans les problèmes à résoudre. En relation avec son activité de conseiller de Geomant et Feng-Shui, il consulte les domaines des particules fines de la nature. En fait partie le présent travail de cristallisation du chlorure de cuivre (II) issu de solutions aqueuses définies en vue de prouver le différence de l’eau courante harmonisée énergétiquement par rapport à de l’eau courante non harmonisée. Peter Dinter a pu étendre à l’analyse de l’eau, avec un succès visible, la méthode que l’on utilise pour prouver la culture d’aliments biologiques. Un essai de longue durée avec un plus grand nombre de dépôts de cristallisation, au cours duquel la durée de vie de l’eau transformée durant l’essai de longue durée doit être examinée, est en préparation. Cette méthode scientifique, générant des images, montre une modification significative des cristaux.

Preuve de la différence entre l’eau courante de Munich harmonisée par rapport à de l’eau non harmonisée à l’aide de la cristallisation du chlorure de cuivre (ll) 

Afin de garantir que toutes les évaluations de cristallisation se déroulent dans les mêmes conditions physiques, un appareil de cristallisation fut développé:

Cet appareil de cristallisation remplit les exigences suivantes:

  1. Il est disposé, libre de toutes vibrations, sur une table d’équilibrage.
  2. Le réglage de la température ambiante des deux chambres de cristallisation s’effectue par l’extérieur à l’aide d’un thermostat/Kryos et de tuyaux de chauffage qui sont fixés sur les parois internes des deux chambres de cristallisation.
  3. La surface, sur laquelle reposent les boîtes de Petri contenant le liquide de cristallisation, est chauffée à l’identique à tous les endroits.
  4. Les chambres sont isolées réciproquement par des feuilles d’aluminiums (coté brillant). Il ne peut ainsi y avoir de transferts d’informations.
  5. Des fentes d’aération, qui ne sont orientées que dans une direction, permettent l’évaporation sans contrainte de l’humidité volatile (pas de courant d’air).
  6. Le bois asséché des chambres individuelles absorbe l’humidité excédante issue de l’atmosphère réduite des chambres individuelles.
  7. L’adduction des tuyaux passe à côté d’un harmonisateur qui a pour mission de compenser les informations perturbantes dans l’eau chaude.

Construction de l’appareil de cristallisation: 

  1. L’appareil de cristallisation est constitué de quatre chambres individuelles en bois, séparées entre elles, disposées l’une sur l’autre en forme de tour.
  2. Les chambres en bois sont tapissées à l’intérieur de feuilles d’aluminium.
  3. Un tuyau en polypropylène est fixé en quatre spirales aux parois internes des chambres. Par lui est pompée l’eau tempérée dans les thermostats, de telle manière que le tuyau de conduite agisse comme un chauffage central dans les chambres de cristallisation.
  4. La chambre en bois inférieure sert à l’isolation de la chaleur contre la plaque de béton de la table d’équilibrage. Au milieu de l’appareil se trouvent les deux chambres de cristallisation. La chambre supérieure sert à l’isolation de la chaleur et à la protection des dissolutions de cristallisation contre le vent, la lumière et la poussière.
  5. Afin de déterminer la température dans les chambres, un thermomètre Ebro avec un capteur Pt 1000 est raccordé.

Idée et construction de l’essai 

Ma raison pour effectuer un essai pour prouver la différence entre de l’eau courante harmonisée par rapport à de l’eau courante non harmonisée fut une publication Internet de l’Institut de recherches Goetheanums de la société anthropologique de Dornach en Suisse.

Là bas, pour preuve de la culture biologique de légumes et de fruits, on a mélangé le jus correspondant avec du chlorure de cuivre et, dans des conditions définies, cultivé des cristaux. Les résultats de cette méthode créatrice d’images purent toujours et encore être lus et interprétés de mieux en mieux, de sorte que l’on arrive entre temps à des énonciations significatives sur la question de savoir si un produit agricole est cultivé biologiquement ou est une falsification.

Déroulement de l’essai

Eau courante de Munich non harmonisée

Cristallisation du chlorure de cuivre (II) issu d’eau courante non harmonisée. Typique est la formation de courtes formes cristallines sur seulement un niveau de cristallisation. Ici a été utilisée, comme dans tous les autres essais, une solution de chlorure de cuivre (II) saturée à 24°C, qui s’est concentrée à 39°C, par évaporation et intégration de l’eau dans la molécule CuCl₂ • 2 H₂O, à tel point que les cristaux présents se sont constitués.

Eau courante de Munich harmonisée

Dans la cristallisation du chlorure de cuivre (II) issu de l’eau harmonisée, les cristaux deviennent plus longs.

Ils s’étendent souvent au-delà de la surface disponible à la base de la boite de Petri et grandissent en aiguilles de cristaux bien formés le long du bord du récipient jusqu’à une hauteur de 28 mm.

Déroulement de l’essai Afin de parvenir à un résultat assuré, on prépara le 01.09.2005 à 10 heures du matin, 10 boîtes de Petri en polystyrène (Ǿ 12 cm et hauteur 3 cm) avec de l’eau courante de Munich (quartier de Westschwabing) fraîchement puisée et harmonisée. On y mit à dissoudre 24,00 g de CuCI2 – 2H2O dans 25,00g H2O, par une température ambiante de 25° C et une humidité de l’air relative de 50%, et on les plaça dans l’appareil de cristallisation. De la même manière furent préparés en même temps 10 boîtes de Petri avec de l’eau courante non harmonisée de la même provenance. Après 84 heures de durée de cristallisation, les boîtes complètement cristallisées furent retirées de l’appareil de cristallisation pour une comparaison visuelle.

Résultat de l’essai

    1. Cristallisation du chlorure de cuivre (II) issu de l’eau courante non harmonisée de Schwabing

      Des dix solutions de chlorure de cuivre (II) préparées, sept cristallisèrent au bord du récipient jusqu’à une hauteur maximale de 24 mm, en commençant au fond du récipient en direction du bord supérieur de la boite de Petri. Ces structures de cristaux sont le plus souvent agglutinées. Seulement très peu d’aiguilles de cristaux isolées sont visibles.

    1. Cristallisation du chlorure de cuivre (II) issu de l’eau courante harmonisée de Schwabing

      Toutes les 10 solutions de chlorure de cuivre (II) préparées cristallisèrent jusqu’à une hauteur maximale de 28 mm, commençant au fond du récipient en direction du bord supérieur de la boite de Petri. On voit de temps en temps des fins cristaux de chlorure de cuivre (II) s’élevant à la verticale, et dont la liaison de leur surface supérieure avec le matériel du récipient est à considérer comme faible.

    1. En observant avec un microscope (10x), on a vu chez toutes les formes de cristaux, issues de l’eau courante non harmonisée, des inclusions blanches, cristallines (il s’agit vraisemblablement de carbonate de calcium et/ou de sulfate de calcium.)
  1. Les cristaux de chlorure de cuivre (II) qui sont issus de la solution avec de l’eau harmonisée, montrent nettement moins d’inclusions blanches, cristallines. Souvent, les aiguilles cristallines générées, qui se sont formées au bord du récipient jusqu’à une hauteur de 28 mm, sont recouvertes par une couche blanchâtre, cristalline, minérale (il s’agit vraisemblablement ici aussi de carbonate de calcium et/ou de sulfate de calcium).


Reproductibilité

L’essai global de culture de cristaux de chlorure de cuivre (II) décrit ici est reproductible de cette façon à tout moment.


Résultats d’étude de la chromatographie sur couche mince

– L’essai global de culture de cristaux de chlorure de cuivre (II) décrit ici est reproductible de cette façon à tout moment.

                Étude chromatographique sur couche mince de l’eau courante de Munich

harmonisée et non harmonisée, ainsi que de l’eau déminéralisée

Nature de l’eau à analyser : Eau courante

non harmonisée

Eau

déminéralisée

Diméthylcétone     

(acétone)

Eau courante

harmonisée

Memon

Amplitude verticale  (mm) à

24,0 ° C et ajout de 110 ml après une durée de 40 minutes

 

112

 

96

 

165

 

123

Différence d’amplitude verticale par rapport à l’eau déminéralisée 16 0 69 27

– L’eau déminéralisée obtient une amplitude verticale nettement plus faible que l’eau courante normale ou harmonisée par rapport à du gel de silice en tant que phase stationnaire. Cela signifie que l’eau déminéralisée sera utilisée à l’avenir comme valeur standard, puisque avec la même conductibilité elle présente les mêmes propriétés stables et ne peut pas varier dans la valeur comme l’eau courante.

– Supposition : Il est admissible avec certitude que de l’eau courante harmonisée est plus polaire que de l’eau courante non harmonisée.

– Conséquence : Cela signifie qu’elle dissout également plus facilement des substances hydrosolubles , également polaire semblables que de l’eau non harmonisée. Cela à une incidence sur le comportement de dissolution de formateurs de dureté. Mais elle à également, dans l’organisme, un effet d’élimination sur les toxines de toutes sortes. C’est ainsi que s’explique l’effet diurétique de l’eau harmonisée. – Également la soif qui frappe l’humain et la poule quand ils boivent cette eau.

– Preuve: Des produits de dissolution polaires, comme par exemple les alcools jusqu’à environ C3 ou de simples cétones et esters ont sur une plaque chromatographique sur couche mince une vitesse ascendante beaucoup plus rapide que des produits de dissolution non polaires, comme par exemple des combinaisons d’hydrocarbures saturés, comme l’hexane, le pentane ou le dodécane. Dans l’eau polaire, le dipôle électrostatique est augmenté. Cela signifie qu’il y a présence de plus de cations hydronium et également de plus d’ions hydronium. La conductance augmente donc, et de façon prouvée, de 2 %. Les ions sus nommés sont capables de liaisons et aiment bien s’attacher à des molécules de polarité contraire. Cela explique également, observé de ce point de vue, l’effet de désintoxication de l’eau modifiée avec l’harmonisateur memon sur le corps humain – comme également sur celui des animaux.

Mode d’action

Documents de clarification du mode d’action de la technologie memon et données relatives aux domaines individuels.

Renature your life

Vous avez des questions par rapport à votre situation individuelle?